Sélectionner une page

POLITIQUE – ”‘Tout le monde savait’ pour l’écrivain…Vous savez pour d’autres?” Marlène Schiappa n’a pas tardé à régir à la polémique qui secoue le monde littéraire depuis quelques jours.

Sur les réseaux sociaux, est largement partagée une vidéo où Bernard Pivot interroge sur un ton badin l’écrivain Garbiel Matzneff en mars 1990, dans son émission “Apostrophes”. “Pourquoi vous êtes-vous spécialisé dans les lycéennes et les minettes ?”, demande-t-il à celui qui n’a jamais fait mystère de son attrait et de ses relations sentimentales et sexuelles avec des “moins de 16 ans”.

C’est la sortie jeudi prochain du “Consentement”, témoignage choc de l’éditrice Vanessa Springora, une des adolescentes séduites par Matzneff, qui secoue aujourd’hui le milieu littéraire français… jusqu’à la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes. Et pour elle, il n’est absolument pas concevable de séparer –comme pour Roman Polanski– l’homme de l’artiste/

″‘Oui, mais quand même, c’est un très bon écrivain / prof de sport / oncle / chauffeur de bus.’ Le supposé talent des pédocriminels et autres violeurs n’est JAMAIS une excuse”, s’est-elle indignée tout en enjoignant les internautes à signaler les cas d’abus sexuels au 3919.

La séquence d’Apostrophe, exhumée par l’Ina et accusée d’être complaisante, a été vue près de 400.000 fois depuis sa mise en ligne. Elle marque les esprits grâce à l’intervention de l’écrivaine canadienne Denise Bombardier, seule à réagir. Elle juge que Gabriel Matzneff aurait “des comptes à rendre à la justice” s’il n’avait pas “une aura littéraire”.

“Je n’aurais pas pu me regarder dans la glace si je n’avais rien dit”, s’est-elle souvenue vendredi au micro d’Europe 1. Cette intervention lui a valu “2.000 lettres de Français pour m’appuyer” mais aussi des “lettres d’insultes”, a-t-elle rapporté.

Vanessa Springora raconte dans son livre avoir entamé une relation, sous emprise, avec l’écrivain à l’âge de 14 ans au milieu des années 1980. Il était alors presque quinquagénaire et multipliait les relations avec de jeunes filles et jeunes garçons, parfois dans le cadre de tourisme sexuel en Asie.

À voir également sur Le HuffPost: