Sélectionner une page

SANTÉ – Ayanna Pressley, élue démocrate au Congrès américain devenue un symbole pour les Afro-américains grâce à ses cheveux tressés, une coiffure qui suscite encore discriminations et remarques racistes, a révélé jeudi 16 janvier avoir perdu subitement tous ses cheveux. La vidéo de son témoignage poignant est devenue rapidement virale et a été relayée par nombre de ses collègues.

“En tant que femme noire, le privé est politique. L’histoire de mes cheveux n’est en rien une exception. Je partage aujourd’hui une histoire très intime afin de créer une plateforme pour d’autres”, a-t-elle déclaré sur Twitter, en relayant la vidéo de son témoignage au média The Root.

 

“Avant d’être une élue, j’ai tout fait avec mes cheveux: j’ai eu des perruques, fait des tresses. Et puis, il y a environ quatre ou cinq ans, j’ai décidé de me faire des tresses sénégalaises, et j’ai eu l’impression de me rencontrer moi-même pour la première fois. Je me suis regardée dans le miroir et je me suis dit “Oh, me voilà enfin”, a-t-elle raconté, expliquant que sa coiffure était peu à peu devenue signe d’une prise de position politique mais aussi une référence pour les petites filles afro-américaines.

“Maintenant je vais dans des endroits où je vois des petites filles portant des tee-shirts avec des inscriptions “Ma députée a des tresses”, a explique Ayanna Pressley, fière et émue. 

 “Je suis une femme noire en politique et que tout ce que je fais est politique”

Toutefois, cet engouement autour de sa coiffure et la symbolique autour l’ont fait se sentir coupable, lorsqu’elle a découvert qu’elle souffrait d’alopécie, une maladie provoquant une perte soudaine de cheveux.

“La veille de l’impeachment, mes derniers cheveux sont tombés, j’étais complètement chauve et je devais aller voter dans quelques heures”, confie la femme de 45 ans, visiblement émue, en référence au vote de mise en accusation de Donald Trump à la Chambre des représentants, le 18 décembre 2019.

Elle raconte s’être sentie exposée, nue, honteuse, vulnérable et avoir eu le sentiment de participer à une “trahison culturelle” envers toutes les petites filles qui avaient jusqu’ici salué, voire imité ses tresses.

Ayanna Pressley, dit avoir senti qu’“elle devait une explication à toutes ces petites filles”. “Mon mari m’a dit que non, que tout n’a pas besoin d’être politique, mais la vérité c’est que je suis une femme noire en politique et que tout ce que je fais est politique.”

Une étude publiée en juillet 2019 dans le Journal of the American Academy of Dermatology a révélé que les Afro-Américains souffraient d’alopécie à un taux plus élevé que d’autres, les chercheurs suggérant qu’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux était en cause.

La vidéo, publiée jeudi, avait dépassé le million de vues sur Twitter quelques heures après sa publication. “Ayanna, tu es un don du ciel”, a applaudi l’étoile montante du parti démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, benjamine du Congrès.

“Tu es une reine noire absolument magnifique. Je sais que des femmes et des jeunes filles dans le monde entier vont porter leurs couronnes avec plus de fierté aujourd’hui grâce à toi”, a abondé sa collègue Ilhan Omar.

À voir également sur Le HuffPost: Cette coiffeuse transforme les cheveux coupés en œuvres d’art